Priv__2Le Pythagore Editions 2012 -16 x 24 cm - ISBN: 978-2-908456-76-9 - 19 € - 174 pages

Les pas du privé Didier Rouque vont le mener dans la ville champenoise de Chaumont. Chez les Grangier, une famille accueillant des enfants en difficulté, l’argent tombe du ciel sans qu’on puisse l’expliquer.

Son enquête va se poursuivre les Vosges au bord d’un lac du côté de la Schlucht, où il va rencontrer un vieux pêcheur… mort depuis trois ans.

Paroles de lecteurs:

L'histoire est enlevée, l'écriture riche en dialogues et le suspens ménagé habilement jusqu'au bout. On attend avec impatience la suite des aventures de cet attachant détective qui manie si bien l'humour. - F. Ramillon - Le JHM, juillet 2012

Un privé… Si vous ne connaissez pas cette série, je vous encourage vivement à vous procurer ce premier tome. La suite: Un privé en montagne (tome 2) est tout aussi haletant! En attente le tome 3. - Françoise G – Troyes, novembre 2012

Rebondissement, suspense et humour se mêlent avec brio dans ce nouvel opus. - La Champagne Viticole, juin 2013

 

Extraits du roman:

Le lieu était désert.  

Le vieux pêcheur s'approcha précautionneusement du bord du lac, il installa son tabouret pliant à son emplacement favori à gauche de la centrale, bien à l'abri du vent, puis il s'assit avec un soupir de satisfaction. Il releva sa casquette de toile bleue, essuya son front d'un geste machinal et contempla l'espace d'un instant les eaux profondes aux reflets vert bouteille. Puis, sans plus tarder, il farfouilla dans une sacoche de toile grise et se mit à l'ouvrage.  

Le temps était étonnamment clément pour cette fin d'automne. Le soleil assez bas dans l'horizon générait dans la forêt dense de longues ombres imprécises. Dans deux semaines, trois au plus, les premiers frimas feraient leur apparition, déposant leur froidure blanchâtre sur les ramures des sapins et plongeant la vallée dans un hiver rigoureux pour de longs mois.  

Pendant que ses doigts experts s'affairaient sur le fil de nylon, il laissait son regard errer sur le paysage, ses petits yeux vifs derrière ses lunettes rondes s'attardant sur le moindre détail, sur les arbres alentours, sur la maison d'en face...  A sa droite, la centrale électrique ronronnait doucement, son chuintement caractéristique signifiant qu'elle était en phase de restitution. En face de lui, la maison était abandonnée pour quelques heures. Tôt le  matin, il avait vu ses habitants prendre place à bord de leurs véhicules respectifs et disparaître dans le chemin étroit qui mène à la Route des Crêtes, il savait qu'ils ne reviendraient qu'en    fin de matinée. Il les attendrait, puis il plierait bagage à son tour.  

Quand il eut terminé son montage, il attrapa une bouteille d'eau minérale et but à longs traits. Puis il essuya soigneusement sa barbe d'un revers de manche, il rajusta sa casquette sur ses yeux, vérifia une dernière fois son installation et lança le tout d'un mouvement sec dans les eaux sombres du lac, un léger plouf brisant le silence assourdissant.  

La partie commençait.  Il lui faudrait jouer serré, comme d'habitude. Le timing était d'une importance capitale. L'affaire arrivait à son terme, mais il savait qu'il risquait sa peau dans cette histoire.  

Sa vie… Pourtant, le vieux pêcheur était mort depuis longtemps.  

 

Depuis trois ans déjà.